APRÈS LA PÊCHE, Poèmes



Un verre dépoli sous l’œil strié d’images
Vagues de cette vie vagues de l’océan
Les ont opacifiés selon leur vieil usage
La lumière n’a pas renoncé pour autant.


Cl.G. S.


 



2 commentaires:

  1. Et sous ces vers, l’âme divague dans le vague de l'océan...
    Ce poème est lumineux !

    RépondreSupprimer
  2. … car l'usure n'aura pas le dernier mot...

    RépondreSupprimer