EN CALE, Porteur Silence




Ouvrages édités




Un poème


Le mot le plus insaisissable,
que nul ne sait avancer,
se tient en deçà de ceux que l’on prononce
pour les soutenir et les vivifier

Il laisse s’efforcer les bouches qui prétendent
le déloger de sa réserve, l’arborer,
mais parfois se prodigue aux ignorants, aux faibles,
si éloquents alors contre tout présage,

puis replonge au tréfonds de bribes inouïes.

2 commentaires:

  1. Magnifique ! Et tellement juste...
    On ne pourra jamais dire l'indicible.
    Les mots gardent leur mystère. Tant mieux !
    Bizzz

    RépondreSupprimer
  2. Oui Betty... Et, ce qui me touche beaucoup, c'est que certains dits "démunis" l'approchent mieux que d'autres...

    RépondreSupprimer